Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Tucumán

22 Juin 2011 , Rédigé par Passerelle Publié dans #Voyages - voyages

11 juin 2010

 

Dès mon arrivée, Tucumán me fait mauvaise impression : temps gris, chaos, pollution, bruit… je devais y rester deux ou trois jours, je décide de n’y rester que le temps de visiter le centre historique et de partir l’après-midi même pour dormir à Tafí del Valle. Peut-être est-ce simplement parce que je viens de Buenos Aires et de Rosario, et qu’après ces grandes villes je commence à me lasser de l’atmosphère urbaine et aspire à davantage de calme et de verdure… Tucumán a certainement son charme, mais je n’étais pas in the mood pour l’apprécier ce jour-là.

 

Je ne fais donc que passer sur la Plaza de Mayo, bordée d’orangers,

 

Tucumán - Plaza de Mayo

 

pour jeter un rapide coup d’œil aux édifices qui l’entourent : la Casa de Gobierno, la Casa Padilla (une belle demeure du XIXè siècle, avec une splendide collection privée de pièces orientales, en particulier chinoises),

 

Tucumán - Casa Padilla

 

la Catedral

 

Tucumán - Catedral

 

et la célébrissime Casa de la Indipendencia, où l’Indépendance de l’Argentine fut déclarée le 9 juillet 1816 lors du Congreso de Tucumán, qui réunissait les délégués des Provinces Unies du Río de la Plata – lieu chargé d’histoire s’il en est.

 

Tucumán - Casa de la Indipendencia

 

Après quoi, je retourne à la gare routière pour prendre le bus à destination de Tafí del Valle : le bus est bondé, je suis la seule gringa au milieu d’habitués rentrant dans leurs terres pour le week-end (on est vendredi) ; je constate d’ailleurs que les physionomies et l’habillement des gens autour de moi ont changé : les visages sont beaucoup plus marqués par des traits indios, et les vêtements ont un style plus andin qu’urbano-européen – signe que j’avance vers les provinces du Nord…

 

Le bus traverse d’abord des paysages de campagne, avant de pénétrer dans ce qui paraît une véritable forêt subtropicale, avec sa végétation envahissante et ses entrelacs de lianes : envahie par la brume, elle a quelque chose de surréaliste…

 

Yendo para Tafí del Valle 1

 

soudain, le paysage change du tout au tout : à l’humidité verte et vaporeuse succèdent de grandes plaines et des collines arides et balayées par le vent et le soleil.

 

Yendo para Tafí del Valle 3

 

Tafí est une toute petite ville (20 000 habitants ( ?)), qui vit au rythme tranquille de la province : les habitants se déplacent à pied, font leurs courses dans les petites épiceries du coin, tout le monde se connaît et se salue… mais à cette population stable de lugareños (les « gens du coin ») s’ajoute à la belle saison une foule de Tucumanos qui viennent passer leurs vacances dans ce cadre enchanteur ; et le contraste est saisissant, entre leurs belles villas avec piscine et moulures à l’antique et les habitations modestes, voire pauvres, des habitants des lieux, qui entre deux plaques de tôles étendent leur linge et gardent leurs poules… encore un indice de la terrible inégalité qui caractérise l’Amérique Latine.

Partager cet article

Commenter cet article