Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

San Juan et Valle Fértil

29 Mai 2010 , Rédigé par Passerelle Publié dans #Voyages - voyages

Cette nuit-là, en arrivant de Santiago du Chili, je n’ai fait qu'une brève halte à Mendoza, pour pouvoir prendre, tôt le lendemain, le bus menant à San Juan ; et j’ai été récompensée de cet horaire matinal par un lever de soleil au-dessus des vignobles dans la brume de l’automne, aux environs de Mendoza…

 

Sol naciente en la pampa

 

Le paysage devient plus aride à mesure que l’on approche de  San Juan : de la pampa, la Précordillère, quelques maisons ici et là…

 

Provincia de San Juan 3

 

La ville de San Juan n’a vraiment rien d’exceptionnel : une agréable allée piétonne, quelques cafés en terrasse, une place centrale plantée d’arbres, une cathédrale moderne, et un campanile au sommet duquel l’on peut monter pour voir le panorama (plutôt décevant en vérité).

 

San Juan - Plazoleta y cafés

 

San Juan - Catedral 1

 

San Juan - Campanil

 

San Juan - Vista desde el campanil

 

Par contre, les Sanjuaninos sont autrement plus accueillants et chaleureux que leurs compatriotes Porteños : ici, on vous sourit, on fait un brin de causette, on vous sert généreusement, on s’inquiète de votre sort à vous voir chargé avec un gros sac à dos, on vous offre des bonbons “pour la route”…

 

Bref, sans éclat mais tranquille, San Juan doit être agréable à vivre. Je n’y reste donc que quelques heures, le temps de faire le tour de ses principales curiosités et d’organiser la suite du voyage : direction San Agustín de Valle Fértil, à 4h de route, un “pueblito” (“petit village”) perdu au milieu de la pampa, d’où partent les excursions pour les parcs nationaux Ischigualasto et Talampaya.

 

San Agustin de Valle Fértil 1

 

À “Valle Fértil”, comme disent les habitants pour abréger, la vie suit un cours tranquille, très tranquille : dans les rues, quelques chiens couchés font la sieste, des anciens sirotent leur maté assis à l’ombre des arbres, sur le seuil de leurs petites maisons colorées, des adolescents troublent parfois le silence en passant sur leurs motocyclettes vrombissantes, les petites épiceries sont ouvertes jusque tard dans la nuit, les ânes traversent la rue d’un pas nonchalant, les enfants se ruent au kiosque à bonbons à la sortie de l’école,

 

San Agustin de Valle Fértil 4

 

San Agustin de Valle Fértil 2

 

 

San Agustin de Valle Fértil 5

 

et, par endroits, des bouteilles d’eau sont laissées en offrande à la Difunta Correa[1].

 

San Agustin de Valle Fértil - Oferenda a la Difunta Correa

 

Un détail suscite ma curiosité :

 

San Agustin de Valle Fértil 6

 

tous les arbres du village sont peints, à la base, de trois bandes de couleur bleu ciel, blanc, et bleu ciel ; ce sont, m’explique-t-on, les couleurs du drapeau de la République Argentine, qui fête cette année son Bicentenaire ; de nombreuses et importantes festivités se préparent, et à Valle Fértil, on a peint les arbres aux couleurs de la Patrie.

 

Dans le seul et unique hostel de Valle Fértil, je fais la connaissance de “gringos” de toutes provenances (USA, Australie, Allemagne, Hollande, UK), auquel se joint également un sympathique Argentin originaire de Mar del Plata : étant tous ici pour la même excursion, nous finissons par former un groupe cosmopolite et solidaire, partageant repas et pic-nics, tournées de bière et fous rires, anecdotes de voyage et bons tuyaux, “english spoken, of course”. Et j’ai beau aimer voyager en solitaire (j’ai dû cette fois  laisser mon Passereau seul à Buenos Aires, concentré sur la rédaction de son mémoire de Master), je n’en suis pas moins ravie de trouver là un peu de compagnie !

 

 

 


[1] La Difunta Correa est un personnage mythique, qui fait l’objet d’un culte semi-païen en Argentine, au Chili et en Uruguay.

Deolinda Correa, mariée à Clemente Bustos, suivit son mari dans les guerres civiles qui divisaient l’Argentine au milieu du XIXè siècle ; elle emportait avec elle quelques vivres, deux gourdes d’eau, et son nourrisson. Une fois ses provisions épuisées, elle se coucha à l’ombre d’un arbre, et mourut de soif, de faim et d’épuisement, seule dans le désert de la province de San Juan. Quand des muletiers trouvèrent son corps le lendemain, le nourrisson  accroché à son sein, tétait encore. On enterra Deolinda dans les environs, à Vallecito, où elle possède désormais un sanctuaire. Le sort de l’enfant diffère selon les versions de la légende : l’une dit qu’il décéda le lendemain et fut inhumé au côtés de sa mère ; une autre dit qu’il fut recueilli et élevé par une famille.

Peu après, des paysans commencèrent à venir se recueillir sur sa tombe et à lui attribuer des miracles. Le culte de la Difunta Correa se répandit parmi les muletiers, puis parmi les camionneurs, qui lui rendent hommage dans l’une des vingt chapelles du sanctuaire de Vallecito (où se rendent chaque année environ un million de personnes), mais surtout au bord des routes, dans d’humbles sanctuaires, où ils déposent des bouteilles d’eau afin, dit-on, d’apaiser la soif de la Difunta.

 

Partager cet article

Commenter cet article

Edda 03/06/2010 21:47


Tu me fais rougir là, merci! Je t'inviterais très volontiers :-)


Passerelle 04/06/2010 05:32



Attention, je vais te prendre au mot ! Et tu risques fort, à mon retour en Europe cet été, de voir débarquer un jour dans ta cuisine une petite passerelle désireuse de partager secrets
gourmets et souvenirs d'Italie et d'ailleurs...


En attendant, continue à nous mettre l'eau à la bouche avec tes créations inspirées et ton enthousiasme communicatif !



Edda 03/06/2010 18:34


Merci pour tes mots qui me touchent. J'aime tes voyages :-)


Passerelle 03/06/2010 19:18



Et moi j'aime tes recettes, débordantes de créativité, à la frontière entre mille univers gourmands, et tes photos, toujours pleines de lumière, de couleurs, et d'élégance : un style simple et
convivial comme "Un déjeuner de soleil"... Je m'inviterais bien à ta table !



Edda 29/05/2010 23:17


Tout un monde s'ouvre...merci!


Passerelle 03/06/2010 16:49



Bienvenue à une autre amoureuse de l'Italie et des petits plaisirs de la vie ! J'invite les gourmets et gourmands d'entre vous à découvrir son très beau blog "Un déjeuner de
soleil" : http://undejeunerdesoleil.blogspot.com/