Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Saga gourmande : le « dulce de leche »

10 Février 2010 , Rédigé par Passerelle Publié dans #Papilles & Pupilles

Ici en Argentine, c’est une star : on le trouve dans de nombreux desserts, viennoiseries, dans les célébrissimes alfajores[1] et même à déguster simplement dans son pot, à la petite cuillère… attention, fort pouvoir d’addiction !

 

 

Dulce de leche

 

Le « dulce de leche » se consomme également dans d’autres pays d’Amérique du Sud (Uruguay, Bolivie, Chili, Colombie, Costa Rica, Ecuador, El Salvador, Guatemala, Honduras, Nicaragua, Panamá, Paraguay, Peéou, Puerto Rico, République Dominicaine, Vénézuela), où il est appelé aussi « cajeta » ou « manjar », et au Brésil, où il prend en portugais le nom de « doce de leite » et entre dans la composition du fameux « brigadeiro », une petite boule de caramel au chocolat qui colle aux dents et au palais, mais ravit les amateurs de saveurs sucrées.

 

En France, on le connaît comme « confiture de lait » : un mélange de lait et de sucre (de 300 à 500 grammes par litre de lait) porté à ébullition puis cuit à feu très doux pendant plusieurs heures jusqu’à épaississement et obtention d’une couleur caramel :

 

 


 

 

 

On peut aussi le préparer plus simplement à partir de lait concentré sucré.

 

On ne sait pas bien quand ni où le dulce de leche a été inventé ; mais en Argentine, une légende raconte qu’il a été créé par accident le 24 juin 1829 dans l’estancia[2] de Juan Manuel de Rosas[3], quand ce dernier devait rencontrer Juan Lavalle[4], commandant de l’armée unitaire, pour signer le Pacte de Cañuelas : Lavalle arriva à l’estancia avant le maître de maison, et, fatigué par le voyage, s’allongea sur le lit de camp de Rosas. Une domestique, qui était en train de faire chauffer la « lechada » (lait sucré et tiède que l’on ajoute au maté), apporta un maté à son maître et trouva à sa place Lavalle, son ennemi. Atterrée, elle s’en alla chercher un garde et en oublia la lechada sur le feu. Le résultat de cet oubli est ce que l’on connaît aujourd’hui comme dulce de leche.



[1] biscuits de pâte sablée fourrés à la confiture de lait

[2] grande ferme d’élevage en Amérique du Sud, synonyme d’hacienda.

[3] Juan Manuel José Domingo Ortiz de Rozas y López de Osornio (1793-1877), militaire et homme politique argentin, fut gouverneur de la province de Buenos Aires après avoir battu le général Juan Lavalle en 1829, et exerça un pouvoir absolu en tant que principal dirigeant de la Confédération Argentine de 1835 à 1852.

[4] Juan Galo Lavalle (1797-1841) militaire indépendantiste argentin, opposé à Juan Manuel de Rosas.

Partager cet article

Commenter cet article