Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quand la fête bat son plein : les "festas" de Malte

31 Octobre 2012 , Rédigé par Passerelle Publié dans #Amicales noctambules

La religion (catholique romaine) a une place et un poids très important dans la vie maltaise : il suffit d'observer et d'écouter pour le constater – chapelles, représentations de la Sainte Vierge, crucifix, sont omniprésents ; les cloches de l'église sonnent à toute heure pour rappeler les fidèles à leurs oraisons ; le bénédicité est prononcé avant chaque repas, le signe de croix fait sur le seuil des lieux saints et les émissions de radio organisent des débats théologiques entre animateurs et auditeurs...

 

Les fêtes des saints patrons des paroisses, et en particulier la fête de la Sainte Vierge le 15 août, sont donc, comme dans le Sud de l'Italie où la vie s'arrête à Ferragosto, un moment fondamental de la vie religieuse, autour duquel s'organisent toute la vie de la communauté et des fêtes gigantesques où sacré et profane se côtoient et se mêlent dans la plus grande liesse.

 

Dans un esprit presque infantile, les paroisses rivalisent de splendeur pour honorer leur saint(e) – et surtout épater la galerie ; c'est donc à qui aura la plus belle statue, le plus beau cortège, la plus belle fanfare, les plus beaux feux d'artifices – et des dizaines de milliers d'euros alimentent les joutes entre paroisses rivales, entièrement financées et organisées par leurs ouailles respectives.

 

Gozo - Festa de Victoria 22

 

Gozo - Festa de Victoria 23

 

Gozo - Festa de Victoria 25

 

Les associations de bénévoles ne comptent pas les heures consacrées à la décoration des rues qui se parent de lampions multicolores, de statues de saints, de piliers de faux marbre, de drapeaux et bannières aux couleurs du/de la saint(e) qui sera célébré (bleu pour la Saint Vierge, rouge pour Saint George, etc.) - couleurs qui ornent aussi les maisons.

 

Gozo - Festa de Zebbug 8

 

Des fêtes préliminaires sont organisées pour récolter des fonds : un dîner par-ci, un barbecue par-là... les habitants viennent en foule, heureux de participer aux préparatifs, dans une ambiance détendue et conviviale : sur la place du village, de longues tablées rassemblent les Gozitains et quelques touristes, toutes générations confondues ; les plus âgés, heureux de se retrouver, rient et applaudissent les plus jeunes, tous de paillettes vêtus, montés sur la scène pour exécuter quelques pas de danse dans une pâle et maladroite imitation des clips MTV; l'animation musicale de la soirée est ensuite assurée par des artistes locaux, duo de comiques ou pseudo-sosie d'Elvis Presley.

 

La semaine du 15 août est ainsi scandée de festivités, et de nombreux Maltais profitent de ce jour férié pour séjourner à Gozo, dans les résidences secondaires qu'ils y possèdent ou dans les hébergements touristiques qui sont alors pris d'assaut, tout comme les plages de l'île.

 

Puis vient le grand jour : au sanctuaire de Ta' Pinu d'abord, la veille du 15 août ; c'est une basilique néoromane édifiée au XXè siècle et connue pour la collection d'ex-votos qui tapisse les murs – le Lourdes de Gozo :

 

« Elle fut élevée entre 1920 et 1931, à l'emplacement d'une petite chapelle du XVIèsiècle qu'un paysan, Filippino Gauci, surnommé Pinu, sauva de la destruction au XVIIèsiècle. En 1883, Karmni Grima, une femme du village tout proche de Għarb, et un ami, Francesco Portelli, entendirent la voix de la Vierge. À la suite de cet événement et d'une série de guérisons inexpliquées, la chapelle devint un lieu de pélerinage si important qu'on y bâtit ce vaste édifice. »1

 

Nous arrivons à la tombée de la nuit, la célébration a déjà commencé et nous entendons de loin les chants en l'honneur de Marie, portés par la brise et par le micro. La messe est célébrée en plein air, et il y a foule : les gens sont venus pour la plupart en famille, endimanchés, et ils suivent la liturgie avec ferveur, ou du moins une sorte d'habitude du rite qui les fait accomplir automatiquement les gestes eucharistiques.

 

Gozo - Ta' Pinu Sanctuary 1

 

L'autel est éclairé par un trapèze de spots, mais le reste n'est illuminé que par de petites bougies qui flambent malgré le vent, déposées à intervalles réguliers sur les murets qui bordent l'entrée du sanctuaire ; et par les photophores des fidèles, qu'ils agitent au moment des chants, et qui forment comme un bouquet de couleurs rouges, jaunes, bleues dansant dans l'harmonie des voix qui s'élèvent à l'unisson.

 

Gozo - Ta' Pinu Sanctuary 3

 

À Victoria ensuite, le mercredi, pour la fête la plus importante de l'île de Gozo. Nous y arrivons en fin d'après-midi, vers 18h30, et suivons le mouvement de la foule grossissante qui monte vers la citadelle, intrigués par le contraste vestimentaire entre les touristes, comme nous, en tenue décontractée, appareil photo pendu autour du cou, et les Gozitains, de la dernière élégance, endimanchés pour l'occasion, venus en famille.

 

Le moment où nous arrivons coïncide avec la fin de la messe célébrée en l'honneur de la Sainte Vierge et l'apparition, dans un tonnerre de fanfare, de la statue majestueuse dans l'encadrement de la porte de la Cathédrale de Victoria. S'ensuit un long intermède musical en l'honneur de Santa Marija, interpété par l'harmonie locale et des chanteurs lyriques. L'assemblée, groupée sur les marches du parvis de la Cathédrale, formée probablement des meilleures familles du bourg, accompagne les refrains, jusqu'à la conclusion grandiose, scandée d'applaudissements, sous une pluie de confettis (qui sont en réalité de petits carrés de papier découpés à la main, certainement avec une patience infinie, dans des journaux et magazines) : l'allégresse est à son comble.

 

Gozo - Festa de Victoria 1

 

Gozo - Festa de Victoria 5

 

Puis la procession se met en place et avance, lentement, au son de la fanfare et des explosions des feux d'artifices ; les cuivres des instruments, les ors des chasubles brillent dans le reflet du soleil couchant, et toute cette richesse s'étale dans le faste de l'Église et la fierté de ses fidèles. La statue, lourde et chargée, est portée par des volontaires revêtus de chasubles blanches et bleues (couleur de Marie), puis viennent les dignitaires de l'Église et les enfants de chœur, qui procèdent, lentement, dans l'allée humaine formée par la foule et le tumulte.

 

Gozo - Festa de Victoria 11

 

Gozo - Festa de Victoria 10

 

Gozo - Festa de Victoria 15

 

Gozo - Festa de Victoria 17


Ils traverseront ainsi le bourg entier, animé par l'ambiance de fête qui emplit les rues : les habitants de Victoria ont sorti des chaises qu'ils ont disposées sur le palier ou le balcon pour converser entre voisins et observer les passants qui déambulent dans la douceur de cette nuit d'été après s'être arrêtés sur la place centrale où les stands de nougats, glaces, granite et autres douceurs ne désemplissent pas tandis que la fanfare entonne des airs connus des Beatles.

 

Gozo - Festa de Victoria 18

 

 

Gozo - Festa de Victoria 20

 

Même festivités, à caractère plus modeste, à Żebbuġ, où la fête s'étale sur les trois soirées du week-end, dans une profusion de feux d'artifices qui commencent à exploser à 7h du matin, et dans une ambiance encore plus conviviale.

 

Gozo - Festa de Zebbug 3

 

Gozo - Festa de Zebbug 11

 

Gozo - Festa de Zebbug 10

 

Une fois les symboles de dévotion exhibés dans le respect des traditions séculaires, de religieux il ne reste peut-être finalement que le prétexte à faire la fête et à jouir, pleinement, avec un plaisir et une innocence enfantine, de l'allégresse contagieuse qui s'empare de tous et qui semble encore le meilleur remède à toutes les crises possibles – quand la religion retrouve le sens premier de son étymologie : « ce qui relie », cette nécessité d'être ensemble, en accord, de réunir la communauté dans un instant hors du temps et de l'espace quotidiens...

 

Gozo - Festa de Zebbug 7

 

 

1Catherine Garnier et Hélène Duparc, Guide Hachette Évasion “Malte, Gozo et Comino”, 2012 p. 141

Partager cet article

Commenter cet article