Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mise au green

2 Février 2010 , Rédigé par Passerelle Publié dans #Voyages - voyages

Pour se rendre au Delta du Paraná depuis Buenos Aires, il suffit de prendre à l'Estación Retiro le train destination "Tigre" qui, pour la modique somme de 1,35 pesos et en une cinquantaine de minutes, vous emporte dans une ravissante petite ville fluviale, où même les Porteños les plus démunis peuvent profiter de la fraîcheur du fleuve et s’étendre et se détendre sur l’herbe, boire un maté sous les arbres et oublier leur dur quotidien – chose qui, selon mon Passereau, serait impossible au Brésil, où un même voyage est, de par son prix élevé, hors de portée des plus basses classes de la population, interdites ainsi d’évasion.

 

L’unique moyen de transport permettant de circuler dans le Delta du Paraná, c’est le bateau : dans sa version traditionnelle, avec les canoés, kayaks et autres frêles embarcations écologiques ; dans sa version bling-bling, avec des hord-bords rutilants ; dans sa version collective, avec les « lanchas », de grands bateaux, qui effectuent des circuits dans le delta et déposent les passagers à leur destination.


 

Tigre - Estacion fluvial 2

 

L’heure et demie de lancha nécessaire pour aller de l'Estación Fluvial de Tigre à l’Hosteria Los Pecanes est passée sans même que je m’en aperçoive, absorbée par le paysage, émerveillée par cet environnement enchanteur, ces maisonnettes sur pilotis toutes plus mignonnes les unes que les autres, cette végétation luxuriante au milieu de jardins extrêmement bien soignés (partout l’herbe est tondue de près), cette explosion de couleurs florales, cette lumière diffuse… : agréables prémices et parfaite introduction à un séjour qui allait se révéler totalement idyllique.


 

Tigre - Casitas en el rio

 

 

Tigre - El Rio 1

 

Arrivés à l’Hosteria Los Pecanes, nous avons été chaleureusement accueillis par nos hôtes, Richard et Ana, deux soixantenaires décontractés et sympathiques, amoureux de la nature, respirant le bonheur, qui nous ont présenté leur maison : une baraque édifiée dans les années 1940, qu’ils ont achetée en 1959 et réformée petit à petit, et transformée ensuite en une charmante maison d’hôte où ils reçoivent tous ceux qui souhaitent se reposer, se relaxer, se ressourcer au contact de la nature.


 

Tigre - Hosteria Los Pecanes 1

 

Et la clientèle est à leur image : jeunes, moins jeunes, couples, célibataires, familles, tous semblent imprégnés par les lieux et le calme qu’ils inspirent ; l’ambiance se trouve ainsi simple et conviviale, propice à des échanges cordiaux et au respect du silence de l’autre. Un silence seulement rompu par le chant des oiseaux, le bruissement du vent dans les arbres, le moteur d’un bateau qui passe de temps en temps, le clapotis de l’eau, le plongeon d’un nageur en quête de fraîcheur…


 

Tigre - Hosteria Los Pecanes 3

 


 Tigre - Tranquilidad

 

Et le temps passe, lentement, entre siestes dans le hamac, promenades sur la rive, lectures buissonnières, balades en canoé, baignades rafraîchissantes… avec le sentiment que la vie, finalement, est si simple quand on prend le temps d’en apprécier les bonheurs cachés : comme, par exemple, de rester assis, à la fin de l’après-midi, pour admirer le soleil se coucher en déployant sa palette bariolée, et les colibris virevolter d’une fleur à l’autre, spectacle envoûtant qui laisse dans le cœur un goût d’amour, de paix et de poésie… et l’envie de retrouver ce cadre magique sous d’autres couleurs, manteau d’automne ou désert d’hiver, pour une autre plongée hors du temps, loin, si loin du chaos urbain.


 

Tigre - Flora 3

 


 

Partager cet article

Commenter cet article