Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mdina et Rabat

3 Octobre 2012 , Rédigé par Passerelle Publié dans #Voyages - voyages

Encerclée par ses remparts, dominant, somptueuse, la vallée environnante, traversée par les murmures du vent, Mdina (nom dérivé de l'arabe “medina”, cité fortifiée) mérite pleinement son surnom de “Cité du silence” : à part quelques essaims de touristes, qui se font plus rares à l'approche de la nuit, on ne croiserait pas âme qui vive.

 

Malte - Mdina 3

 

Longtemps appelée aussi “Città Nobile”, car siège des familles nobles de l'île, elle a conservé de son nom médiéval cette éternelle aura de splendeur : on l'aperçoit de loin, trônant au sommet d'une colline, surplombant les champs, et exposant à tous les regards, fière et orgueilleuse, le dôme majestueux de sa cathédrale, symbole de ralliement à la foi chrétienne.

 

Malte - Mdina 18

 

Mais aussi cadre de carte postale : à l'entrée de la citadelle, sous la porte monumentale ouverte dans les murs, un couple de jeunes mariés dans leur tenue de fête, probablement de retour d'une mémorable séance photo.

 

Malte - Mdina 1

 

Un peu à l'écart, à l'extérieur des remparts, Rabat (en arabe, « le faubourg ») vibre de la vie qui s'est retirée de Mdina : sur la place centrale, les retraités assis sur des bancs se retrouvent pour partager quelques nouvelles, ou leur nostalgie muette. Une jeune femme entre avec sa poussette faire quelques courses dans une épicerie, manœuvrant habilement pour faire tenir sacs de fruits et légumes, briques de lait et bébé dans ce véhicule réduit. Dans un bar, un groupe d'amis sirote une bière en regardant une épreuve des Jeux Olympiques sur le grand écran plat accroché à côté du ventilateur. À côté de l'église ont été disposées des rangées de chaises, un pupitre et une sorte d'autel mobile : pour une raison que l'on ignore (peut-être la douceur de ce début de soirée ?), la messe sera célébrée à l'extérieur, dans la ruelle qui jouxte l'église et sert à présent de nef improvisée. Les passants, intrigués, s'arrêtent pour écouter une lecture, un sermon, ou la liturgie toute entière. Les chants, eux, se propagent à travers les rues, enveloppant la cité de leur mélodie enjouée, distillant la pureté de ces voix imprégnées de foi. La paix s'abat sur Rabat, où le temps semble soudain suspendu par ces notes qui voyagent à travers les murs.

 

Malte - Mdina 17

Partager cet article

Commenter cet article