Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Perito Moreno

3 Mars 2010 , Rédigé par Passerelle Publié dans #Voyages - voyages

Les touristes désirant voir le célébrissime glacier Perito Moreno ont le choix entre de multiples formules et autant d’agences ; mais seule l’agence Hielo y Aventura[1] offre la possibilité de l’approcher de près et d’y marcher, avec deux circuits : le « Mini-trekking », une excursion de 5 heures, comprend un bref trajet en bateau à l’approche du Perito Moreno, puis une tout aussi brève promenade dans la forêt, un exposé de glaciologie, et 1h30 de marche sur le glacier, équipés de crampons et accompagnés par des guides qualifiés ; le « Big Ice », plus long, propose à peu près le même parcours, mais avec 4 heures de marche sur le glacier ; et ceux qui préféreraient opter pour une expérience plus « cool » peuvent se rabattre sur le « Safari nautico », une balade en catamaran d’une heure sur le Lago Argentino et divers de ses embranchements au sein du Parque Nacional Los Glaciares.

 

Il faut bien sûr réserver à l’avance l’excursion, ce que nous nous sommes empressés de faire à notre arrivée à El Calafate. Malgré un budget limité, nous voulions quand même faire l’expérience de marcher sur le glacier, ce que nous n’avions jamais fait ; et notre condition physique, bien préparée pourtant, ne nous permettait pas, croyions-nous, de nous lancer dans le « Big Ice », n’ayant aucun entraînement en alpinisme ; aussi nous sommes-nous contentés du « Mini-trekking », et, je dois l’avouer, nous sommes en fait un peu restés sur notre faim ! En fait de l’heure et demie prévue, nous n’avons réellement marché qu’une heure sur le glacier, sans compter tous les arrêts pour réunir le groupe, laisser souffler, attendre les âmes en peine, expliquer quelques phénomènes : c’est très professionnel de la part des guides, qui s’assurent bien que tout le monde suit et que personne ne se met en danger ; sans vouloir faire de discrimination, peut-être devrait-il y avoir des groupes plus homogènes, pour permettre aux plus rapides d’explorer davantage le glacier, au lieu de les laisser trépigner en attendant les plus lents…

 

Malgré ce léger bémol, ce fut une expérience bouleversante.

 

Nous sommes partis au petit matin, à la fraîche, quand la nature semblait encore ensommeillée...


Pampa 4


arrivés une heure après au Parque Nacional Los Glaciares, où nous avons embarqué au Puerto Bajo de las Sombras dans un catamaran en direction du glacier ; et là, les mots me manquent pour décrire l’émotion, que dis-je, l’avalanche d’émotions qui m’a submergée à la vue du Perito Moreno : l’impression d’un rêve qui enfin se réalisait, une sensation d’immensité face à ce géant de glace qui craque, crisse et coupe le souffle ! Le temps était nuageux, avec quelques éclaircies de soleil, et le contraste de lumière rendait la glace plus éblouissante encore au milieu de ce camaïeu de gris en chiaroscuro.


 

Glaciar Perito Moreno 5

 

Une fois débarqués, nous avons rapidement traversé une forêt de « lengas » (hêtres de la Terre de Feu),


Parque Nacional Los Glaciares 3


puis notre guide nous a gratifiés de quelques explications de glaciologie et de données sur le glacier : 30 km de long, 5 km de large, 60 m de haut, 250 km2 de surface, des proportions qui en font un mastodonte impressionnant. Le Perito Moreno, qui tire son nom de l’explorateur Francisco Moreno venu dans cette région au XIXè siècle pour défendre le territoire argentin au moment où se déterminait la frontière avec le Chili, est l’un des 48 glaciers alimentés par le champ de glace sud de Patagonie, dans la Cordillère des Andes.

 

 

Un peu de glaciologie…

 

« Profitant d’une percée dans le massif andin, les orages en provenance du Pacifique déversent leurs pluies à l’est de la barrière montagneuse, où l’eau s’accumule en neige – c’est ce que l’on appelle « cœur » du glacier, ou « zone d’accumulation » – et se transforme en glace. Sous l’effet du poids, le glacier glisse peu à peu vers l’aval. Au cours du glissement, la glace commence à fondre à la base, se mélangeant au passage avec de la terre et des pierres. Il se forme ainsi une sorte de lubrifiant naturel qui permet au glacier de continuer son avancée [le Perito Moreno avance en moyenne de 2 m par jour]. Les déplacements successifs provoquent des fissures et des déformations dans la glace, les crevasses. Dans le même temps, les débris de rochers sont repoussés de chaque côté du glacier, formant des moraines. À l’opposé de la zone d’accumulation, où le glacier se remplit, la « zone d’ablation » désigne le lieu, à la base, où la glace fond. Si la neige tombe davantage dans la zone d’accumulation qu’elle ne fond (ou ne s’évapore) dans la zone d’ablation, le glacier avance. Dans le cas contraire, il recule. Alors que la plupart des glaciers dans le monde reculent, le Glaciar Moreno (comme l’appellent les Patagons) est considéré comme « stable ». Son avancée a obstrué le Brazo Rico du Lago Argentino à dix-sept reprises entre 1917 et 2006. Le niveau de l’eau s’est ainsi élevé. Il arrive souvent que la glace en train de fondre à la base du glacier ne supporte plus la pression de l’eau. Ce barrage naturel se rompt alors en une explosion de glace et d’eau. »[2]

 

Parfois aussi, d’énormes blocs de glace se détachent des murs du glacier et plongent dans l’eau, provoquant un bruit fracassant, des jets d’eau et des remous importants : c’est arrivé deux fois pendant que nous étions à proximité du glacier (comme on peut le voir sur cette photo, sans l'effet sonore), et j’en suis restée impressionnée…


 

Glaciar Perito Moreno 10

 


 

Après ce petit rappel théorique, nous sommes passés à la phase pratique : chaussés de crampons, nous avons commencé à arpenter le glacier en file indienne,


Mini-trekking en el Glaciar Perito Moreno 2


observant les crevasses, les vallons, le Lago Argentino brillant au loin sous les caresses d’un soleil timide ce jour-là, les cascades sur le front montagneux d’en face, écoutant la glace crisser sous nos pas, l’eau pure ruisseler des parois, le vent souffler à nos oreilles, avec la sensation de vivre une expérience unique…


 

Glaciar Perito Moreno 18

 

 

Glaciar Perito Moreno 20

 

 

Parque Nacional Los Glaciares 2

 

Puis, comme dit le dicton, « après l’effort, le réconfort ! » : une petite table en bois, totalement incongrue dans ce paysage glaciaire, nous attendait avec quelques verres remplis de whisky et un panier garni d’alfajores ; pour les glaçons, pas besoin d’aller chercher très loin !


 

Mini-trekking en el Glaciar Perito Moreno - Après l'effort

 

Revigorés par cet élixir, nous sommes redescendus à la base, avons rendu nos crampons, retraversé la forêt et repris le catamaran puis le bus qui nous a emmené à un autre point de vue, plus élevé, d’où nous avons pu jouir d’un autre panorama sur le glacier,


Glaciar Perito Moreno 26


et voir de près les icebergs bleus flottant sur l’eau ; mais, pourquoi « bleus » ?

 

« Lorsque la glace n’est pas compactée, il se forme des bulles d’air dans lesquelles s’infiltrent des rayons de grande longueur d’onde de la lumière blanche. C’est pourquoi ces zones nous paraissent blanches. Lorsque la glace est comprimée sous l’effet de son poids, seule la lumière bleue (rayons de courte longueur d’onde) peut s’infiltrer. Plus la glace est compacte, plus le chemin à parcourir par la lumière est long, et plus la glace paraît bleue. Lorsque le glacier fond et que des icebergs se détachent, ils entraînent dans leur chute de la « farine glaciaire » (sorte d’argile) provenant de l’érosion du lit du glacier. C’est ce qui donne aux lacs une couleur grise un peu laiteuse. Parfois, les sédiments ne se déposent pas au fond du lac et diffractent la lumière du soleil. La couleur de l’eau prend alors d’étonnantes nuances turquoise, azur ou bleu pâle, caractéristique de ces paysages de glace comme sortis d’un autre monde. »[3]


 

Glaciar Perito Moreno 23

 

Un autre monde… c’est bien le sentiment que l’on a en entrant dans le Parque Nacional Los Glaciares ; si la civilisation a quand même réussi à y faire son entrée, avec la construction d’un hôtel, l’installation d’une confitería et d’un parking, le Perito Moreno possède encore (peut-être pour peu de temps) une atmosphère sauvage, puissante, majestueuse, celle d’une nature inatteignable et fascinante.


 

Glaciar Perito Moreno 22



[1] Hielo y Aventura, Av. Libertador 935, El Calafate ; tel : 0054 (29) 0249-2205 ; site web : http://www.hieloyaventura.com/

[2] Extrait du guide Lonely Planet « Argentine », édition 2008

[3] Extrait du guide Lonely Planet « Argentine », édition 2008

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article