Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Kalkara et les “Trois Cités” (Birgù, Isla et Cospicua)

19 Septembre 2012 , Rédigé par Passerelle Publié dans #Voyages - voyages

L'arrivée de nuit, par une douce et chaude soirée de juillet, dans la baie de Kalkara, petit bourg à l'est de La Valette, a quelque chose de magique, un brin irréel : les barques qui mouillent dans la marina semblent dormir d'un sommeil enchanté, oscillant nonchalemment sur les flots calmes en attendant de reprendre leur activité à l'aube ; la lumière cotonneuse des réverbères se répand sur les trottoirs déserts ; pas l'ombre d'une présence humaine, mais l'écho d'une fête groove au loin ; et cette petite brise, légère et salée, qui caresse la peau et l'imprègne par tous les pores...

 

 

L'hôtel Villa del Porto1 a ouvert ses portes en avril dernier ; c'est donc un endroit encore assez exclusif et pas trop fréquenté, le seul hébergement touristique à Kalkara, et il tient un peu de la maison de famille : il s'agit en effet d'une vieille bâtisse entièrement rénovée, avec tout le confort moderne et d'une propreté impeccable ; Aldo, le manager, habite à côté, et il arrive dès que nécessaire, sur un simple coup de téléphone – pas de réception, donc, mais un accueil qui n'en reste pas moins très professionnel et la liberté d'aller et venir comme chez soi avec un jeu de clés en poche.

 

La vue sur La Valette, les remparts de Birgù et la marina de Kalkara au petit matin est tout simplement enchanteresse, dans l'intensité lumineuse du ciel - un voile d'azur pur où l'on ne décèle pas l'ombre d'un nuage -, du soleil, qui brûle déjà les murs de ses rayons ardents, et de la pierre de calcaire, douce et chaude comme le miel, qui en devient aveuglante.

 

Malte - Kalkara 1

 

Quelques pas au détour des ruelles de Kalkara et de Birgù suffisent à capter les premiers signes de dépaysement : enfilades de maisons cubiques et superpositions de terrasses qui, vues de haut, donnent à la ville un air de casbah maghrébine ; silence intimidant des heures chaudes où pas une âme ne s'aventure dans les rues ; noms des maisons, évoquant la chaleur du foyer familial (« Harmony », « Sweetness »...) ou la dévotion religieuse (« Santa Marija », « Salve Regina ») illustrés par des plaques en céramique peinte représentant le plus souvent une Vierge à l'Enfant ; petites chapelles nichées dans les murs, éclairées par des guirlandes d'ampoules et de fleurs ; dédales de ruelles étroites, qui montent et descendent, au gré des enseignes d'échoppes minuscules ; propreté des rues, où pas un mégot, pas une crotte de chien, pas un bout de papier ne traîne par terre, et des murs des maisons, régulièrement nettoyés et polis au papier de verre ; appartements au rez-de-chaussée donnant directement sur la pièce à vivre, à l'instar des bassi des quartier spagnoli de Naples ; rangées d'oliviers et citronniers en pots de terre cuite, de cactus et plantes grasses, qui apportent une touche de vert et d'ombre dans cet environnement aride de pierre et de terre...

 

Malte - Birgù 6

 

De ruelle en ruelle, nous sommes arrivés à Birgù, l'une des « Three Cities », trois cités liées l'une à l'autre comme les trois Parques tissant le destin de Malte :

 

« Elles furent Vittoriosa, Senglea et Cospicua, simplement Cottonera pour les chevaliers ; elles restent Birgù, Isla et Bormla pour les Maltais. Leurs promontoires rocheux servirent de refuge aux peuples qui s'installèrent à Malte avant l'Ordre. Les goulets naturels de leurs ports étaient utilisés par les Phéniciens. Durant des siècles, les Trois Cités furent le centre de l'activité navale de l'île. Plaque tournante du commerce des esclaves, elles étaient le point de départ des guerres de course menées par les galères de l'Ordre et leurs chantiers navals employaient 15 000 ouvriers. À la fin du XVIèsiècle, quand l'activité de l'Ordre se déplaça à La Valette, les Trois Cités gardèrent leur importance grâce à leurs docks. Ceux-ci furent à nouveau florissants au temps de la Royal Navy. Malte possède toujours des chantiers navals à Cospicua et à Senglea. Grand Harbour accueille les plus grands tankers et d'immenses paquebots de croisière. »2

 

L'atmosphère est muette et secrète ; seul résonne dans le silence des rues le carillon de l'église et, parfois, le crissement de freins d'une voiture, les bribes d'une émission de télévision ou l'aboiement d'un chien.

 

Les décorations pour la fête du saint patron du bourg sont en train d'être mises en place : chaque paroisse a sa propre festa, avec illuminations, processions, feux d'artifices, le tout préparé longtemps à l'avance par les habitants qui rivalisent de faste ; et les rues de Birgù sont déjà ornées de ces piliers de faux marbre (en réalité, du bois peint si soigneusement que l'on croirait à du vrai marbre), de ces dorures baroques, de ces guirlandes colorées qui donnent un avant-goût de fête.

 

Malte - Birgù 4

 

On en oublierait presque la froideur des murs du Palais de l'Inquisiteur, ses cellules minuscules où s'entassaient les prisonniers en attente d'un jugement, l'effroyable salle du Tribunal, contrepoint austère des appartements privés, dotés de tout le luxe et le confort qui étaient niés aux détenus et qui servaient, autant que le somptueux escalier de marbre sculpté, à démontrer la puissance de la Papauté et de la Contre-Réforme.

 

Malte - Birgù 11

 

Les bourgs commencent à s'animer à la nuit tombée, quand la température, plus fraîche mais encore douce, invite à flâner sur le bord de mer, ou à sortir sa chaise sur le pas de la porte pour faire un brin de causette avec les voisins. Assis sur banc face à la marina de Kalkara, nous admirons, éblouis, la déclinaison envoûtante de couleurs et de lumières qui s'empare de la baie de Malte dans un dégradé de roses et d'ors sur lequel les lignes des remparts de La Valette se détachent tels des ombres chinoises... avant que la nuit ne la recouvre son tapis d'étoiles.

 


Malte - Kalkara 2

 

 

1Hôtel Villa del Porto, 1, Marina Street – Kalkara KKR1521 – Malte ; Tel : [+356] 2166 8420 /7904 9587 ; E-mail : info@villadelportomalta.com ; Site internet : www.villadelportomalta.com


2Catherine Garnier et Hélène Duparc, Guide Hachette Évasion “Malte, Gozo et Comino”, 2012 p. 75

Partager cet article

Commenter cet article