Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

De Puerto Natales à Ushuaïa

18 Mars 2010 , Rédigé par Passerelle Publié dans #Voyages - voyages

Quand nous avons acheté notre billet de bus pour Ushuaïa, on nous avait informés que nous voyagerions en car « semi-cama », c’est-à-dire la catégorie moyenne, qui permet, sinon de s’allonger complètement et confortablement, du moins de baisser son siège et bénéficier d’un minimum d’espace ; le trajet au départ de Puerto Natales devait se faire en trois étapes (correspondances à Punta Arenas et Rio Grande), mais dans le même bus ; et nous devions mettre une douzaine d’heures pour arriver.

 

Entre publicité et réalité, il y a un pas, et il est grand ! Nous avons en fait voyagé dans trois bus différents, chacun pire que le précédent : d’un car au confort raisonnable, nous sommes passés à un bus datant des années 60, branlant, brinquebalant, cahotant, et absorbant toute la poussière qu’il soulevait sur son passage, laissant dans la gorge une poussière tenace ; puis, pour la dernière étape, à un minibus où nous pouvions à peine croiser les genoux et dont le chauffeur écoutait à plein volume des slows mielleux des Eighties.

 

Ce qui ne nous a pas empêchés d’admirer les paysages, immenses étendues rases peuplées de quelques troupeaux de chevaux, de moutons ou de guanacos (une sorte de lama en plus petit), de quelques fermes d’élevage éparses, d'hôtels-fantômes perdus au milieu de rien, balayées par les vents et les pluies.


 

Pampa 7

 

 

Pampa 3

 

 

Pampa 8

 

À mi-chemin environ, arrêt obligatoire :


Estrecho de Magallanes 1


nous attendons le ferry qui nous fera traverser le mythique détroit de Magellan (estrecho de Magallanes), le plus grand passage naturel entre les océans Atlantique et Pacifique, le plus utilisé après le Cap Horn avant la création du Canal de Panamá, découvert par Ferdinand Magellan en 1520 lors de son expédition en direction des Moluques.

 

Estrecho de Magallanes 3

 

Vagues houleuses, mer bleue acier, plage de galets, phare blanc et rouge et cormorans volant au-dessus des flots… l’espace d’un instant, je me serais crue en Bretagne, cette terre encore si sauvage, d’une beauté si farouche, et pourtant si hospitalière…cette impression n’est pas surprenante, si l’on pense que la plupart des habitants de l’extrême sud de la Patagonie et de la Terre de Feu sont originaires des îles anglo-bretonnes – Gallois principalement.

 

Embarqués sur le ferry, pour éviter le mal de mer auquel, hélas, je suis sujette, nous sommes montés sur la plate-forme respirer à pleins poumons l’iode et le grand air ; et là, quelle surprise ! De ravissants petits dauphins noirs et blancs nous accompagnaient, nageant et sautant gracieusement au bord du ferry…


 

Delfines 2

 

D’après mon guide (Lonely Planet édition 2008), ce devaient être des Dauphins de Commerson :

« Nom : Cephalorhynchus commersonii ; en espagnol tonina overa

Saison : toute l’année ; saison de reproduction de novembre à février

Lieu : Puerto San Julián, Playa Unión, Puerto Deseado

Le dauphin de Commerson ravit les amateurs par ses sauts acrobatiques dans les eaux peu profondes de la Patagonie côtière. D’assez petite taille (1,50 m de long environ), les adultes arborent un corps joliment contrasté de noir et de blanc, surmonté d’un aileron dorsal arrondi. Les jeunes sont gris, brun et noir. En petits groupes, les dauphins viennent jouer près des bateaux, sautant hors de l’eau et surfant sur les vagues d’étrave. Ils se nourrissent de crevettes, de calmars et de poissons vivant dans les eaux profondes. On les capture illégalement en Argentine, afin de servir d’appât pour la pêche au crabe. »

 

Puis, en passant dans la partie la plus méridionale de l’île, les grandes plaines ont cédé la place aux forêts denses et pourtant déjà intensément décimées par la déforestation des dernières années, aux sommets enneigés, aux routes sinueuses, aux pentes escarpées, aux chalets en bois…


 

Tierra del Fuego


... pour arriver au soleil couchant dans la baie d’Ushuaïa, spectacle unique qui, malgré la fatigue du voyage, nous a laissés babas.


 

Ushuaïa 2

 


Partager cet article

Commenter cet article