Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le « Bumba-meu-Boi »

30 Mai 2009 , Rédigé par Passerelle Publié dans #Voyages - voyages

Cette représentation théâtrale dansée est l'une des expressions culturelles traditionnelles les plus diffusées dans le Brésil après le carnaval, et c’est dans l’Etat du Maranhão qu’elle est le plus représentée : 75 groupes se préparent toute l’année, élaborent des costumes somptueux et créent des chansons et des poèmes, qu’ils dévoileront au public entre la mi-juin et la deuxième semaine d’août.


L'origine du bumba-meu-boi remonte au XVIIIe siècle, résultant de la relation inégale entre esclaves et seigneurs, il reflète les conditions sociales vécues par les noirs et les indiens, mêlant influences africaines, indiennes et portugaises.


Cette tradition folklorique repose sur une histoire qui a plusieurs variantes : Catrina, la femme d'un esclave alors enceinte, demande à son mari, Chico, de lui apporter une langue de bœuf pour satisfaire son envie. Chico vole alors le plus gros bœuf de son maître, seigneur de la ferme, et le tue pour lui prendre la langue et la donner à sa femme.



Le bœuf mort est rapidement retrouvé et, suite à une enquête menée par divers personnages (caricatures issues de toutes les classes sociales), Chico est traîné devant la justice, où il avoue sa faute. Toute la ferme se mobilise pour ressusciter l'animal, Chico demande alors pardon d'avoir tué le bœuf juste pour en prendre la langue et le bœuf ressuscite grâce à des incantations magiques. L’histoire s’achève sur les joyeuses retrouvailles de Chico et Catrina.

Lors des cortèges de bumba-meu-boi, un bœuf, composé de matériaux hétéroclites, sous laquelle se cachent une ou plusieurs personnes, précède le groupe de musique. Il danse, accompagné de plusieurs personnages. Le groupe parcourt les rues en chantant et en dansant. Le public réagit en chantant, en huant, en pleurant la mort du bœuf et en applaudissant quand il ressuscite.



On distingue plusieurs styles musicaux (on parle de "sotaque") :

-          le boi de matraca, les membres du groupe utilisent des percussions comme les "matracas" : deux lattes en bois frappées l'une contre l'autre ainsi que d'énormes pandeiros chauffés préalablement devant un feu ;

-          le boi de orquestra : complètement différent du premier, est composé d'un orchestre qui utilise des instruments à cordes, des instruments à vent, des tambours;

-          le boi de zabumba : avec des zabumbas (tambours du Nordeste), pandeiros.


Plus d’images sur le blog d’un autre bibliophile cosmopolite :

 

http://monvolubilis.canalblog.com/albums/bumba_meu_boi/index.html

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article