Recherche

Vendredi 22 mai 5 22 /05 /Mai 03:07

Que serait l’Amazonie sans ses crocodiles carnivores, ses boas constrictors, ses mygales géantes et autres sympathiques bestioles ?  Je n’en ai rencontré que quelques unes, plutôt inoffensives ma foi…

 

-          le « jacaré » :

 

Le « jacaré » est un reptile crocodilien de la famille des Alligatoridés. Il diffère du crocodile par une tête plus large, courte et pointue, et parce que, lorsqu’il referme sa mâchoire, les quatrièmes dents du bas n’apparaissent pas. Il mesure en moyenne 4 mètres, pèse 360 kg, et sa durée de vie est de 50 ans. Animal solitaire, il défend ardemment son territoire. Doté d’un corps pesant et d’un métabolisme lent, il peut cependant effectuer de courtes et spectaculaires pointes de vitesse, en particulier lors d’une attaque rapide, ne faisant qu’une bouchée de petits animaux ; quant aux proies plus grandes, il les attrape et les tire dans l’eau jusqu’à ce qu’elles se noient, puis les laisse pourrir, ou les mord sauvagement jusqu’à en arracher les morceaux. Il se nourrit de poissons, insectes, escargots, crustacés, mais aussi tortues, antilopes, voire de charognes.




A la différence du crocodile, le « jacaré » est généralement craintif devant les humains, qu’il ne considère pas comme une proie ; il a ainsi tendance à s’en aller ou à se jeter à l’eau si l’on s’approche, mais il peut toujours attaquer pour se défendre s’il se sent menacé ou provoqué.

 

-          le « preguiça » (ou « bicho-preguiça ») :

 

Appelé, en langue vernaculaire, “paresseux” ou encore « aï », le « preguiça » est un mammifère d’Amérique tropicale de la famille des Bradypus. Son métabolisme, deux fois inférieur à celui des autres mammifères, en fait un animal très lent, dans son déplacement (moins de 4,50 mètres par minute dans les arbres) et dans sa digestion (il se nourrit de feuilles coriaces).



Chassé par le jaguar, l’ocelot et l’aigle, il descend donc très peu au sol, sauf pour faire ses besoins, une fois par semaine en moyenne, ce qui le libère alors d’un tiers de son poids. Doté de neuf vertèbres cervicales, il peut faire des rotations de la tête à 270°C. Sa résistance aux blessures et infections est remarquable, aussi sa durée de vie peut-elle aller de trente à quarante ans. Le paresseux fait partie des mythes fondateurs des peuples d’Amérique du Sud.

 

-          la « tartaruga » :

 

La « tortue », de l’ordre des Testudinés, est un reptile qui se caractérise par la présence d'une carapace dure chez la plupart des espèces : morphologiquement, ce sont les seuls reptiles possédant une carapace rigide qui recouvre la cage thoracique et l'abdomen. Il existe plus de 13 familles, et 293 espèces de tortues. Elles ont colonisé tous les milieux: marin, eau douce et terrestre, et ont des régimes alimentaires très différents selon les espèces. La tortue de terre ou tortue terrestre est essentiellement végétarienne ; la tortue de mer est plutôt carnivore tandis que la tortue d'eau douce est carnivore ou omnivore. Comme tous les reptiles, les tortues sont dépendantes de la température. Leur activité est liée aux rythmes solaires.



Actuellement, toutes les tortues sont protégées par des lois internationales mais on continue à en capturer pour les revendre comme animaux de compagnie ou pour leur chair.

 

 

-          l’ « aranha-pedreiro » (ou « aranha-de-alçapão ») :


Victime de sa mauvaise réputation, la « mygale » a souvent été représentée comme un terrible prédateur, particulièrement dangereux pour l’homme. En réalité, ses seules proies sont les oisillons, les reptiles, les insectes et les petits mammifères.
Les mygales, pouvant dépasser 25 cm d’envergure, sont les plus imposantes représentantes de l'ordre des Aranéides. Pattes comprises, l'envergure des mygales est en moyenne de 15 cm mais certaines espèces comme la mygale goliath "mangeuse d'oiseaux" atteint les 30 cm. C'est en 1705 que cette mygale a été peinte par un peintre allemand en train de manger un oiseau, d'où son surnom.




Il existe à travers le monde près de 2 500 espèces de mygales répertoriées, principalement dans les forêts tropicales, en Amérique du Sud et en Australie. Les mygales se présentent sous des formes et des tailles très diversifiées mais toutes ont en commun une importante pilosité. Ce sont toutes des solitaires qui passent le plus clair de leur temps à l'abri dans leur repaire, ne se montrant actives que la nuit. Il existe deux types de mygales: celles qui "rampent" et celles qui "grimpent". Les mygales arboricoles sont d'excellentes alpinistes mais aussi d'excellentes nageuses; elles n'hésitent pas à s'attaquer aux oisillons. Car les mygales sont des prédatrices très efficaces qui utilisent d'incroyables stratégies pour surprendre leurs proies. Mais sa piqûre, bien que non mortelle pour l'homme, est douloureuse et parfois dangereuse pour les individus fragilisés.


-
le "peixe-boi" :

 

Appelé en portugais « peixe-boi », soit « poisson-bœuf », le lamantin prend parfois le nom de « vache de mer » ou « vache marine ». Ce gros mammifère herbivore de la famille des Trichechidae vit dans des eaux littorales peu profondes, par exemple le bassin amazonien, où l’on trouve l’espèce du Trichechus inunguis.



Le lamantin peut mesurer jusqu’à cinq mètres de long et peser jusqu’à une tonne et demie. Il se nourrit la nuit, d’herbes flottantes ou immergées, jusqu’à 50 kg de végétaux par jour. Longtemps chassé pour son huile et sa chair, il est aujourd’hui rare et protégé.

 

-          le « piranha » :

 

Appartenant à la famille des Characidae, le piranha est un poisson d’eau douce vivant dans les rivières d’Amérique du Sud, et se déplaçant exclusivement en banc de très nombreux individus. Prédateur, avec des dents pointues



et un appétit marqué pour la viande, il ne s’attaque pas spécifiquement à l’homme
[1], mais est attiré par le sang, d’où sa réputation de poisson sanguinaire. Son nom vient du tupi-guarani « pirá » (« poisson ») et « sanha » ou « ranha » (« dent »).

 

-          le “sucuri” :

 

Plus connu sous le nom d’”anaconda”, le “sucuri” (appelé également “yakumama” ou “jibóia” par les Amérindiens) est un serpent aquatique constricteur non venimeux de la famille des boas, répartis en quatre espèces que l’on trouve dans les marécages et les fleuves des régions tropicales d’Amérique du Sud. Le nom scientifique, Eunectes, signifie en grec ancien “bon nageur” ; en langue indigène d’Amazonie, “anaconda” signifierait “serpent guerrier” ; les colons espagnols l’appelaient “matatoro”, “le tueur de taureau”. Une révision étymologique qui en dit long ! Pourtant, les morts d’hommes causées par les anacondas sont plutôt rares, et s’il sent la présence d’un être humain sur son territoire, l’anaconda aura plutôt tendance à fuir dans la direction opposée.




L’espèce principale, l’anaconda vert, ou grand anaconda peut atteindre jusqu’à 6 à 8 mètres de long, 30 cm d’envergure, et peser jusqu’à 250 kg. Il est en général de couleur marron-olive foncé, avec deux rangées de grandes taches noires sur le dessus du corps. Il évolue dans un milieu à la fois arboricole et aquatique, immergé dans l’eau ou suspendu à la branche d’un arbre pour guetter sa proie. Il pousse son corps en avant grâce à de puissants muscles ventraux. Une fois saisie sa proie avec ses mâchoires puissantes, il l’entraîne sous l’eau pour la noyer ou l’étouffe avec ses muscles ventraux, puis l’avale la tête la première. Ses dents ne lui servent pas à mâcher, mais à faire avancer sa proie dans l’oesophage. Aussi sa digestion est-elle fort lente... plusieurs jours, voire plusieurs semaines selon la taille de la proie ! Il se nourrit principalement de gros rongeurs, capybaras, tapirs, de poissons, de tortues, d’oiseaux, de moutons, de chiens et de reptiles aquatiques. Etre mordu par un anaconda n’est donc pas dangereux en soi...



[1] Le seul cas d’attaque d’êtres humains vivants par des piranhas date de 1870, lorsque des soldats brésiliens blessés et sanglants essayaient de traverser le fleuve.

      
Par Passerelle - Publié dans : Voyages, voyages
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés