Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Foz do Iguaçu - suite

17 Janvier 2009 , Rédigé par Passerelle Publié dans #Voyages - voyages

Direction donc pour commencer le Parque Nacional do Iguaçu, avec passage par la billetterie : notez qu’un visiteur étranger quelconque paye son entrée 20,50 reais, un visiteur originaire d’un pays du Mercosul  17,50 reais, un visiteur de nationalité brésilienne 5,50 reais, et, s’il réside dans une municipalité voisine, seulement 3,70 reais !!! J’enrage, mais je me dis que j’encourage ainsi le tourisme local (enfin, j’espère !).

 

On peut se déplacer à pied à l’intérieur du parc, des balades sportives sont même proposées ; mais n’ayant que quelques heures devant moi, je préfère prendre le bus à impériale qui traverse le parc et mène directement au chemin des cataractes.

 

Là, quelques mètres à pied, et déjà s’offre à vous un panorama digne d’émerveillement : les chutes vues de loin, encore perdues dans la végétation… même sous un ciel gris, c’est magnifique !



Peu à peu le sentier vous rapproche et vous permet d’admirer différents points de vue, ainsi que les intrépides qui ont opté pour la visite en rafting.



Mais l'apogée, c’est la « Garganta do Diabo », la « Gorge du Diable » : le cœur des cataractes, là où se déversent des milliers de m³ d’eau à la seconde, grondant comme les profondeurs de l’Enfer… Lucifer pourrait y régner en effet ! Le visage fouetté par les embruns, on peine à s’arracher de cet écran d’eau en mouvement, si fascinant…



 

Mais il le faut bien, si je veux avoir le temps de visiter aussi le Parque das Aves voisin, un parc de 5 ha, qui héberge près de 800 espèces d’oiseaux différentes dans leur écosystème naturel : des volières de 8m de haut reconstituent l’habitat de ces oiseaux,



tandis que d’autres installations sont réservées aux serpents et papillons endémiques.



 Aras, perroquets menacés, casoars, flamands roses, grues, toucans, colibris… et tant d’autres espèces dont j’ignore le nom offrent au visiteur leurs magnifiques couleurs, au milieu d’arbres touffus et de lianes.



 

Son pendant mineur, le « Bosque Guarani », dit aussi « Parque Zoologico », au centre de Foz, présente d’autres espèces d’oiseaux, mais aussi singes, tortues, cygnes, autruches… une agréable promenade, mais rien de grandiloquent.


 


L’intérêt de Foz do Iguaçu réside donc essentiellement dans les cataractes, et dans son positionnement géographique de « Tríplice Fronteira », en contact avec l’Argentine et le Paraguay. De l’autre côté du Rio Paraná s’élève en effet Ciudad del Este, une bruyante et chaotique ville du Paraguay dont je vous parlerai dans le prochain billet.

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article