Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vamos a la playa !!! - suite

13 Janvier 2009 , Rédigé par Passerelle Publié dans #Revue de mode

Il règne au Brésil, surtout dans les stations balnéaires réputées, un véritable culte du corps : vous ne verrez sur ces plages que plastiques parfaites, modelées et remodelées à coup de bistouri et gonflées au botox ou au régime hyper-protéiné : à croire que ces gens n’ont d’autre occupation tout au long de l’année que de fréquenter les salles de sport et les cabines d’UV !!!

 

Le jeu, c’est de montrer sans dévoiler : d’où l’interdiction totale de pratiquer le topless, et le format mini, sinon micro, des bikinis ! Totale hypocrisie : il suffit que le tissu couvre le bout du téton, et la morale est sauve… quant au bas du maillot, la culotte c’est ringard, le tanga c’est déjà mieux, mais le top, c’est le fil dental (« string ») qui met en valeur les légendaires bundas (« fesses ») brésiliennes. Les plus pudiques s’envelopperont d’une canga, l’équivalent brésilien du paréo tahitien, une large bande de tissu colorée que l’on utilise à la fois comme vêtement de plage et comme drap de bain, et qui peut se décliner en jupe, robe, châle, turban… selon l’inspiration !



 

Ces messieurs portent quant à eux un short, très rarement un slip de bain, et déploient fièrement leurs biscotos, ou leur bedaine pour les moins athlétiques.

 

Les couleurs sont vives, voire flashy, les imprimés à fleurs dominent sur les carreaux, et l’on ne lésine pas sur le fluo !

 

Côté accessoires, misez sur les lunettes de soleil, plutôt grandes, la casquette, que l’on appelle étrangement boné, et, bien sûr, les inévitables et cultissimes « Havaianas » :



inspirées du modèle japonais Zori, ces paires de tong se déclinent sous toutes les couleurs, et sont même aujourd’hui customisées de perles et de strass !

cf le site http://www.havaianas.com.br
 

 

On les porte à la plage, mais aussi au supermarché, au restaurant, en ville, et parfois même… pour travailler ! Leur semelle de caoutchouc souple laisse les pieds respirer confortablement, aussi leur succès (2,2 milliards de paires vendues depuis la naissance de la marque en 1962) ne se démentit-il pas ! On les vend donc hors de prix à l’étranger : 15 euros pour le modèle basique, ça fait cher le bout de plastique !

 

Avec tout cela, il ne vous reste plus qu’à adopter un teint doré, et vous serez brasileiro/a de la tête aux pieds !!!

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article