Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sans parti pris

13 Octobre 2008 , Rédigé par Passerelle Publié dans #Res politica

Les élections municipales et leurs résultats parfois serrés me donnent l’opportunité de dresser un panorama du paysage politique brésilien, ce qui vous permettra peut-être (et à moi aussi par la même occasion !) de mieux comprendre l’enjeu des prochaines semaines de campagne…

 

Le Brésil est aujourd’hui, depuis l’adoption de la Constitution en 1988, une République fédérative présidentielle, composée de 26 Etats et d’un District Fédéral.

 

A la tête de l’exécutif, le chef de l’état, ou « président », est élu pour quatre ans au suffrage universel direct. Les ministres d'Etat sont nommés par le Président qui peut les révoquer. À l'instar des États-Unis, le Président est rééligible une fois et il ne peut dissoudre les chambres du Congrès.


Le Congrès National, représentant du pouvoir législatif, est organisé selon le système bi-caméral :
- chambre basse: la Chambre des députés est composée de 513 députés élus au scrutin proportionnel de liste par État, pour une période de quatre ans. ; chaque État désigne au moins huit députés.
- chambre haute : le Sénat fédéral compte 81 sénateurs, élus au suffrage universel direct et au scrutin majoritaire pour quatre ans, à raison de 3 sénateurs par Etat ; avec une formule similaire à celle des Etats-Unis, le Sénat est renovelé par un tiers et deux tiers tous les deux ans.

Petit tour d’horizon des principaux partis politiques, en essayant de respecter avec le plus d’objectivité possible les orientations et susceptibilités idéologiques de chacun, mais en caricaturisant bien sûr un peu pour simplifier :

 

A droite : Les formations de droite défendent généralement une économie de marché forte et des valeurs traditionnelles. Elles favorisent un État peu actif dans l'économie et prônent le «laissez-faire». Pour ces formations, le rôle de l'État doit être axé essentiellement sur la sécurité et la défense.

 

L'Union démocratique nationale (UDN),  fondée en 1945 à la suite de la chute du régime dictatorial de Getulio Dornelles Vargas.

 

Le Parti progressiste brésilien (PP),  fondé en 1965 comme le parti du régime militaire. Il portait  alors le nom de Parti pour le renouveau national, qu’il conserva jusqu'en 1979, année où il devint le Parti social démocrate, pour changer plusieurs fois de noms, avant de devenir le Parti progressiste en 2003.

 

Au centre : Les formations de centre tentent généralement d'échapper au clivage gauche/droite. Tout en souscrivant à l'économie de marché, les formations de centre considèrent l'État comme un «arbitre» et un «régulateur» de l'activité économique. Elles ne visent pas à détruire ou à réformer le capitalisme ou l'économie de marché, mais à limiter leurs excès possibles.

 

Le Parti social démocrate, fondé en 1945 par des partisans du président Getulio Dornelles Vargas, a été marqué par les personnalités de Juscelino Kubitschek de Oliveira et Cristiano Machado.

 

Le Parti du mouvement démocratique brésilien, fondé en 1965, constituait alors le seul parti d'opposition au régime militaire qui occupait le pouvoir. Connu à l’époque sous le nom de Mouvement démocratique brésilien, il adoptera le nom de Parti du mouvement démocratique brésilien en 1979, et demeure actif sur la scène politique brésilienne contemporaine.

 

Le Parti du front libéral a été fondé en 1985 à la suite d'un schisme qui amèna l'aile libérale du Parti pour le renouveau national à quitter cette formation.

 

A gauche :

 

-          les formations sociales-démocrates se situent généralement au centre gauche de l'échiquier politique. Leur programme et leur discours visent préconisent l'intervention étatique (impôts, programmes sociaux, réglementation) afin d'assurer une redistribution plus équitable des richesses et de réduire les inégalités sociales.

 

Le Parti de la sociale démocratie brésilienne (PSDB) a été fondé le 25 juin 1988, peu de temps après la fin de la dictature militaire, et marqué par la personnalité du président Fernando Henrique Silva Cardoso.  

Le Parti social démocratique (PSD) voit le jour en 1979. Successeur de l'Alliance pour le renouveau national, il poursuit ses activités jusqu'en 1993, année où il se joint au Parti chrétien démocrate pour former le Parti du renouveau progressiste.

 

 

-          les formations socialistes considèrent généralement que l'État doit être «fort», mais elles ne remettent pas en question la démocratie représentative. Ces formations visent l'établissement d'une économie qui combine économie de marché et économie planifiée. Elles proposent souvent une augmentation des dépenses et une réglementation du marché.

 

Le Parti travailliste brésilien désigne en réalité deux partis politiques : l'un, favorable à Getulio Vargas, en vigueur de 1948 à 1964 avant d'être aboli par la dictature militaire ; l’autre, le parti actuel, créé en 1981, à la faveur des ouvertures faites par les militaires à l'endroit de nouvelles formations politiques. Un schisme, au cours des années 1980, a conduit à la création du Parti travailliste démocratique, qui demeure actif sur la scène politique brésilienne.

 

Le Parti démocratique travailliste a été fondé en 1979. Associé à plusieurs mouvements sociaux brésiliens, il constituait un effort pour regrouper les forces de gauche au Brésil sous le régime militaire.

 

Le Parti des travailleurs (PT) a été fondé le 10 février 1980 et reconnu officiellement comme parti politique par la Cour supérieure électorale du Brésil le 11 février 1982. Né de l’effort pour rassembler la gauche sous le régime des militaires, il est le parti au pouvoir depuis l’élection à la fonction présidentielle de son principal représentant, Luíz Inácio Lula da Silva.

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article