Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

SP : un peu de verdure dans ce monde de béton brut

4 Octobre 2008 , Rédigé par Passerelle Publié dans #Voyages - voyages

Si São Paulo présente un caractère extra-urbain, elle offre tout de même, entre gratte-ciel et chaussée surpeuplée, quelques petits coins de paradis, avec un soupçon de végétation.

 

En face du MASP (Museu de Arte de São Paulo) s’ouvre le « Parque Trianon » : bien que projeté par un ingénieur français, pierre Villon, à sa création en 1892, ce parc n’a rien à voir avec la résidence secondaire de Marie-Antoinette à Versailles, et mêle des espèces d’arbres locales (comme le cèdre, qui couvrait auparavant toute la région) à d’autres espèces exotiques : tapiá-guaçú, palmito, jatobá, sapucaia, açoita-cavalo, bico-de-pato, chichá, pau-de-tucano, vinheiro et jequitibá-branco, qu’habitent différentes espèces d’insectes et d’oiseaux tels que rolinha, periquito, pica pau, joão de barro, bem te vi, sabiá laranjeira…



 

Face à l’Estação da Luz, juxtant la Pinacoteca do Estado, le « Parque Luz » : créé en 1825, pour répondre au besoin de verdure des habitants de São Paulo, ce jardin avait à l’origine l’ambition d’être aussi un jardin botanique mais le projet fut abandonné ; avec sa fontaine, son kiosque et ses statues, ce parc est aujourd’hui un agréable lieu de promenade…



 

Enfin, rendez-vous incontournable des Paulistains, très fréquenté le week-end par les familles, les joggeurs, les bicyclettes, le « Parque do Ibirapuera » (de l’indien tupi « ibirá », « arbre » et « puera », « ce qui a été ») était à l’origine un lieu de pâturages ; il fut créé en 1954 pour la commémoration du quatrième centenaire de la ville ; le projet fut confié à l’architecte Oscar Niemeyer, et au paysagiste Roberto Burle Marx, dont j’aurai certainement l’occasion de reparler, car ils ont marqué le paysage architectural brésilien ; le parc abrite également des musées, tels que le Musée d’Art Moderne, le Musée d’Art Contemporain, et la Biennale d’Art Contemporain, auxquels, saturée de musées, j’avoue ne pas être allée.

  

 

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article